damien-creatz-431575-unsplash.jpg

CITROUILLE PAPOTE

Enchantements et terreurs livresques

Salut à toi, ô visiteur égaré. Viens vite partager avec moi mes errances littéraires!! J'espère que mes découvertes te plairont et te donneront envie de te plonger dans les mêmes textes ! Tu trouveras ici essentiellement des chroniques de romans de genre fantastique, fantasy, et horreur. Bonne visite & bonne lecture !

Rechercher
  • citrouillepapote

Qu’est-il arrivé à la substance du roman « Parfaite » ? (You en VO ) #Netflix #You

Quelle n’a pas été ma surprise en découvrant l’adaptation du roman de Caroline Kepnes sur Netflix ! Hum, je n’imaginais pas Joe aussi beau, ni aussi propret, mais bon, on ne va pas chipoter. Beck non plus ne correspond pas à sa description dans le roman. Elle qui devait être « une version miniature de Natalie Portman » est ici transformée en grande blonde. Mais bref, l’existence de cette adaptation m’a, dans un premier temps, remplie de joie et d’allégresse.


Pour ceux qui ont lu le roman (SPOILER ALERT), il me semble que le personnage de Joe ne fait pas tellement sujet à débat. C’est un homme gravement déséquilibré, qui est élitiste, ne cesse d’avoir des raisonnements et jugements abjects. De plus, il réunit tous ses efforts pour faire naître une relation totalement biaisée et malsaine entre lui-même et une jeune femme sur laquelle il fait une fixette (Beck, donc). Il se présente à elle sous un jour entièrement factice. Il fouille le web, ainsi que l’appartement de la jeune femme, pour mieux cibler sa proie, puis la séduit en se faisant passer pour son âme sœur naturelle. Vous savez, le phénomène de la personne qui a les mêmes goûts que vous, les mêmes opinions, qui finit vos phrases, etc.


C’est un personnage menteur, manipulateur, et dangereux. Dans le roman, il n’a RIEN de sympathique. Son absence de santé mentale ne fait aucun doute. On ne le voit entretenir de relations amicales avec personne, c’est un homme reclus qui utilise ses connaissances et son savoir-faire pour arriver à ses fins. Il est terrifiant, tout simplement. Il est le monstre de l’histoire.

Il a beau être cultivé, et doté d’un certain discernement, assorti à un esprit critique acéré, il n’a de cesse de mettre son intelligence au service de raisonnements pernicieux et d’actes condamnables. On peut difficilement être de son côté.

Or, dans la série, tout est fait pour le rendre sympathique. Des voisins lui sont créés, il devient protecteur, chevalier servant (what the fuck ? ). Joe est rendu plus humain, plus sociable. En ce qui me concerne, cette transformation du personnage a fait naître en moi un malaise certain, qui s’est mis à sérieusement me démanger au fil des épisodes.


Quant à Beck, son portrait est alourdi afin de la rendre moins intelligente, moins vertueuse, comme si le but était de diminuer la compassion qu’on peut ressentir envers elle- voire même de pousser le spectateur à condamner ses actions.

L’utilisation de la voix-off, le choix de l’acteur, les ajouts ou suppression de scènes, tout va dans un même sens : minimiser la gravité des actes de Joe, et faire un portrait à charge de tous les personnages féminins.

Il n’y a qu’à voir le personnage de Peach Salinger. Elle semble l’archétype parfait de la nantie prétentieuse et insupportable qui serait à même de légitimer toute la misogynie de l’univers. Dans la série, elle est vaine, manipulatrice, snob, superficielle. D’ailleurs, toutes les amies de Beck sont un peu dans la même veine, dans une moindre mesure. Dans le roman, elles n’étaient pas exemptes de tout défaut, mais étaient loin d’être aussi détestables.


Quel est le message envoyé par un show qui rend sympathique une personne qui est capable de voler le smartphone d’une jeune femme qu’il vient de rencontrer (pour l’espionner via ses e-mails et ses réseaux sociaux), qui est un stalker au sens premier du terme puisqu’il la suit fréquemment, l’espionne chez elle, fouille son appartement et son ordinateur à son insu ?? Et c’est seulement dans le commencement, car dans ses mauvais jours, il peut aller jusqu’à séquestrer et tuer des innocents, uniquement par attraction malsaine envers celle qui est en fait sa victime.


Il est d’ailleurs révélateur que Penn Badgley, l’acteur qui incarne Joe, ait dans un premier temps refusé ce rôle, étant donné que la série était présentée comme « une histoire d’amour ». Comme quoi, il avait bien senti à quel point le traitement des deux personnages principaux était inacceptable. Une histoire d’amour ? Mais de qui se moque-t-on ? Ce n’est pas aimer que de contraindre, terroriser, manipuler, surveiller (Joe gardera presque jusqu’à la fin le téléphone volé de Beck, surveillant ainsi ses moindres faits et gestes, ses textos et autres discussions avec ses amies par messagerie instantanée. Ca donne envie d’être amoureux, non ?)


En définitive, j’ai malgré tout apprécié la série en temps que divertissement, mais j’ai été constamment agacée par ce travestissement de l’histoire, et je ne peux m’empêcher de me demander comment l’auteur (qui est une femme) a pu cautionner un tel scénario. Je serais curieuse de savoir si d’autres personnes ont eu le même ressenti, car je n’ai pour l’instant eu aucun écho en ce sens. N'hésitez pas à me donner votre avis en commentaire!






42 vues
 
 

CONTACT

France

Instagram : Citrouille Papote

Page Facebook : Citrouille Papote

 

©2018 by Citrouille Papote. Proudly created with Wix.com