©2018 by Citrouille Papote. Proudly created with Wix.com

damien-creatz-431575-unsplash.jpg

CITROUILLE PAPOTE

Enchantements et terreurs livresques

Salut à toi, ô visiteur égaré. Viens vite partager avec moi mes errances littéraires!! J'espère que mes découvertes te plairont et te donneront envie de te plonger dans les mêmes textes ! Tu trouveras ici essentiellement des chroniques de romans de genre fantastique, fantasy, et horreur. Bonne visite & bonne lecture !

Rechercher
  • citrouillepapote

Visions chamaniques : territoires oubliés, en salles le 11 mars 2020

À notre époque sur-connectée, nous peinons parfois à toucher du doigt l’essentiel. Avec Visions chamaniques : territoires oubliés, un documentaire Jupiter Films (www.jupiter-films.com) David Paquin nous emmène plus près d’une nature laissée souveraine. La sobriété, voire la pureté des paysages contraste immédiatement avec les couleurs vives des étoffes portées dans les pays visités.


Si en Occident nous sommes nombreux à souffrir de solitude et d’un surplus d’individualisme, il peut nous être bien précieux de découvrir d’autres façons de penser, d’être plongés au sein de communautés qui parviennent à se rapprocher davantage d’un sentiment collectif d’unité.

Plusieurs français se rendent ainsi chez les Fangs du Gabon et les Shipibo-Conibos du Pérou, curieux de recevoir un enseignement spirituel et humain d’un genre nouveau (de leur point de vue). Bien évidemment, le décalage est énorme entre un mode de vie parisien et le quotidien d’un chamane.





Que savons-nous vraiment du chamanisme ?

D’après la définition du Larousse, cela consiste en un « ensemble de pratiques comportant un état de transe, propres à certaines sociétés de l'Asie centrale et de l'Arctique ». Voilà qui est plutôt vague. À quoi ressemble cet état de transe ? Ouvre-t-il les portes de nouvelles dimensions ? Permet-il à la conscience de se déployer ? Sur ces sujets, nous en connaissons bien peu. Si vous avez lu Voyage au pays des Tarahumaras d’Antonin Artaud, vous en avez déjà cependant une petite idée.


Visions chamaniques nous plonge dans un voyage au coeur des expériences des « professeurs » comme de celles de leurs « élèves » - les chamanes montrant une grande générosité envers ceux qui choisissent, pour un temps donné, d’être leurs disciples. L’humilité est évidemment indispensable pour espérer s’élever dans la sagesse de notre être.

Le film est ponctué de points de vue de scientifiques occidentaux, venant apporter l’éclairage de leur discipline sur ces croyances et pratiques méconnues. On est surpris de découvrir que la science fournit parfois une explication les concernant, qui les renforce au lieu de les mettre en doute. En effet, on nous explique que la vibration est l’entité la plus puissante, en astrophysique : pour un proton, il y a un milliard de particules lumineuses. Or, la prêtresse chamane affirme que tout ce qui nous entoure interagit en permanence avec nous.





Par un effort sur nous-mêmes, nous pourrions devenir conscients de ces flux d’énergies allant et venant constamment autour de nous. Il s’agit de se détacher du bruit, de la cacophonie ; ceux à l’extérieur, et ceux à l’intérieur. Nous sommes par défaut entravés par toutes sortes de distractions.

Le but de la transe est d’accéder à davantage de beauté, de sagesse, d’amour.

Le chaman est un intermédiaire : par sa personne passent les esprits, qui le reconnectent à la terre. Le chamane est toujours bienveillant, ne porte pas d’à priori sur celui ou celle qui vient vers lui.


Chaque rituel sera personnalisé et unique. En premier lieu, on invoque la mère originelle. Après cela, le lien avec les esprits est établi. Les esprits de la forêt sont également invoqués.

Les personnes qui se livrent à l’expérimentation sont rassurées, guidées dans leur « envol », leurs visions, leurs sensations physiques telles que des tremblements. Sur le moment, il n’y a nul besoin de comprendre ce que l’on ressent ou ce que l’on perçoit d’un point de vue intellectuel. Il faut simplement se laisser porter en gardant un esprit neuf, ouvert à toute éventualité. Il faut essayer de ne pas altérer les perceptions que l’on reçoit en y ajoutant les filtres de notre perception plus occidentale.





Dans le rituel, on utilise un matériau appelé le bois sacré comme déclencheur du mouvement qui doit mener à l’illumination. Le fait de nettoyer est une part importante du rituel. On chante, on tente de faire disparaître les souffrances. Les séquences donnent à voir très concrètement les gestes accomplis, le spectateur se trouve ainsi au plus près de ces modes de vie inconnus. Les chants appropriés accompagnent la gestuelle, ainsi que l’usage d’instruments traditionnels.

Il s’agit de se libérer des limites imposées par l’ego. S’ouvrir aux esprits permet de démultiplier sa perception, d’avoir une vision des choses plus vaste. L’un des participants évoque la sensation d’être dans les étoiles, l’ouverture de son cerveau sur l’infini. C’est une expérience intense, c’est pour cela qu’il faut travailler sur soi avant d’entamer le travail.

Ces populations - les Fangs du Gabon et les Shipibo-Conibos du Pérou - vivent une unité dans leur chair et dans leur cœur. Ils se perçoivent eux-mêmes comme étant un rouage d’un grand tout, et choisissent d’agir en fonction de cette philosophie. Le lien entre les hommes est donc essentiel. Ils nous expliquent comment la société humaine peut parfois être limitante, nous empêcher d’exister dans toute la beauté de notre être véritable, nous brider.





Lorsqu’ils sortent de leur transe, les participants semblent apaisés – ou parfois aussi très émus- baignés par une ambiance d’amour universel, enrichis par un moment en-dehors du temps qui pour certains, leur aurait permis de voir « la source de toute chose ». Nous proviendrions tous, hommes et bêtes, végétaux et minéraux, d’une seule source commune.

Par le biais de ces traditions, on apprend qu’un savoir ancestral est transmis de génération en génération. Du lait et des pièces de monnaie sont donnés en offrande aux esprits de l’eau, des prières récitées, pour attirer fortune et félicité.

Avec reconnaissance et gratitude pour ce qui nous est enseigné à travers les âges, nous pouvons alors avoir une chance de nous unir à la communauté spirituelle. On sent l’émotion vive, authentique et brute des français ayant traversé ce voyage de l’esprit.



David Paquin nous offre un documentaire riche, profond, documenté, éclairé et inspirant. Le documentaire nous permet de nous interroger : n’y aurait-il pas toute une façon d’être au monde qui nous échappe, depuis nos grandes villes ? N’avons-nous pas oublié la nature de ce que nous sommes ? Serait-il possible que ces chamanes en sachent bien plus que nos philosophes ? Une chose est sûre, il y a tant de choses que nous ignorons… Ou que nous avons oubliées… Et les réponses que nous donnent ces maîtres spirituels sont tout simplement passionnantes.

Vous trouverez toutes les informations des séances via ce lien vers toutes les séances : https://www.jupiter-films.com/film-visions-chamaniques-territoires-oublies-99.php"

25 vues
 
 

CONTACT

France

Instagram : Citrouille Papote

Page Facebook : Citrouille Papote